top of page

Mes offres découvertes de la psychologie positive

La psychologie positive est bien une science, née en 1998 sous l’impulsion de Martin Seligman alors Président de l’Association américaine de psychologie.  

Son constat : la psychologie depuis la Seconde Guerre mondiale a concentré la quasi-totalité de son attention et de ses moyens sur l’étude des pathologies mentales, des comportements négatifs ainsi que sur le soin ou la réparation de ce qui ne va pas. Ce qui a permis de grandes avancées, notamment la naissance d’une science des maladies mentales, le classement de ses maladies, l’étude des causes de celles-ci et de proposer des interventions et des traitements médicamenteux et psychologiques. 

Selon M.Seligman, la psychologie doit tout autant s’intéresser aux forces qu’aux faiblesses, avoir un intérêt aussi grand pour construire le meilleur que pour réparer le pire. Pour cela, il est nécessaire de se préoccuper tout autant de rendre la vie des gens plus satisfaisante en tirant partie de leurs dons et de leurs talents, que de soigner les pathologies. Avec une rigueur scientifique, il a étudié ce qui permet d’améliorer la vie de tout un chacun et aux interventions positives pour rendre les gens plus heureux, plus épanouis, plus performants.  

L’approche n’est plus curative mais préventive, basée sur les ressources de l’individu et comment les faire émerger ou les renforcer tant pour l’aider à mieux rebondir face aux évènements difficiles que pour optimiser sa vie.  

La psychologie positive est donc devenue une science et se définie comme « l’étude des conditions et des processus qui contribuent à l’épanouissement ou au fonctionnement optimal des individus, des groupes et des institutions »